Les Amis de Michel-Robert Penchaud

Dernières nouvelles...

Lettre ouverte d’un Puffin cendré désespéré à l’espèce humaine !

Depuis la nuit des temps mes ancêtres ont tous fait le choix de venir vivre juste un temps sur cet îlot au large de Marseille pour une seule et belle raison : « se reproduire » Moi même, je suis né ici dans la calanque du grand souffre dans la faille d’un rocher au fond d’un terrier. Étrange me direz-vous pour un oiseau de mer, mais c’est mère nature qui a décidé tout ça pour moi. Oui, je suis né ici, au Frioul. Ma première nourriture à été de petits poissons de cette superbe baie de Marseille. Puis un jour,… Lire la suite...

44. Lumière et douceur

Après 7 mois d’attente, les week-end reprennent enfin ! La petite équipe tente de se mettre en place autour de Manu avec comme seul mot d’ordre : la participation de toutes et de tous à la cuisine, au courses, à la conception des menus et au ménage.

On a essayé de tenter l’affaire et il faut reconnaître que ça a plutôt bien fonctionné ! Le vendredi soir, tout le monde est arrivé dans une étrange douceur hivernale, les retrouvailles étaient très sympathiques et les nouvelles recrues avaient beaucoup de questions à poser à Albert : tout le monde voulait savoir mais comment c’est possible… Lire la suite...

43. Pause… sine die

Heureux de se retrouver, mais de la tristesse dans l’air, ce dernier chantier de la saison restera synonyme de Mistral, rangements et interrogations pour la suite de l’aventure.

Le mistral était ce week-end aussi froid que violent. Il a soufflé du vendredi au samedi avec des rafales à plus de 65 km/heure. Cela ne nous a pas empêchés de prendre la navette et de nous retrouver, peu nombreux, pour ce dernier rendez-vous de l’année. Un rendez-vous traditionnel ! Le programme du dernier chantier de la saison est toujours consacré au rangement de la cuisine et des chambres. Côté cuisine, on… Lire la suite...

42. Un week-end sous le signe de Port Frioul…

Notre dernier week-end Patrimoine et de Ruptures a vu son centre de gravité se déplacer de l’hôpital Caroline à Port Frioul… Retenus la veille à Marseille (à cause d’embouteillages monstres dus aux manifestations en hommage au génocide Arménien), Pénélope et moi sommes arrivés à destination que le lendemain.

Une fois rendus sur l’île, le travail qui nous attendait fut assez léger. Malgré une luzerne pleine de vigueur qui ne demandait qu’à se laisser arracher çà et là (bien qu’il nous faille à ce sujet refréner nos ardeurs en cette période de nidification des gabians), nous avons passé l’après-midi à Port… Lire la suite...

Pourquoi un hôpital sur l’île Ratonneau ?

En 1822, c’est par ordonnance royale qu’est décidée la construction à Marseille d’un nouveau lieu d’enfermement réservé aux malades de la fièvre jaune. Jusqu’alors, la Ville disposait du plus bel équipement pour l’époque : le lazaret d’Arenc, dont la fonction était de préserver la population d’une épidémie possible (la peste) en contenant la maladie dans un périmètre surveillé, à l’extérieur des remparts.

La baie de Marseille à la fin du XVIIe siècle

Avec son port privé, ses 17 hectares de superficie, où se répartissaient hangars pour les… Lire la suite...

Juin 1828, Les dessous de Caroline

Est-il besoin de présenter Jean Contrucci ? Parce que véritablement, il est l’une des personnalités de la ville de Marseille. Né le 07 juin 1939, Jean Contrucci a d’abord été un journaliste à la longue carrière, d’abord à Provence-Magazine puis au Provençal et correspondant du Monde de 1974 à 1994. Désormais, il est un écrivain prolifique : des études historiques, des contes, des nouvelles des romans policiers et un blog ! Sa série des «Nouveaux Mystères de Marseille», dont chaque épisode est régulièrement réédité, comptabilise plus de 150.000 exemplaires vendus et autant de lecteurs ravis d’être entraînés dans le Marseille

Lire la suite...

« Douce intermittence »

Parfois, expliquer le pourquoi-du-comment des chantiers patrimoine et ruptures s’avère un exercice pas facile. Le propos de ces courts séjours est bien sûr présenté sur le site. Et puis on tombe sur un texte, un beau texte signé Alphonse de Lamartine (1790-1869) extrait de « Nouveau voyage en Orient »…. Au fur et à mesure de la lecture, il y a comme une évidence. L’expérience de l’illustre Lamartine, en 1850, au lazaret d’Arenc à Marseille, n’est pas sans rappeler celle que nous poursuivons !

«Une mer limpide comme l’oeil et calme comme un tombeau nous… Lire la suite...

L’AMRP soutient le Parc national des calanques !

Créé par décret en avril 2012, le Parc national des calanques a pour « objectif central et le défi du Parc national sera de concilier au mieux la protection des patrimoines naturel, paysager et culturel avec le développement durable des usages, dans le respect du « caractère » du Parc national ».

Depuis sa création, l’association des Amis de Michel-Robert Penchaud affiche son attachement à la protection et à la valorisation de la faune et la flore de l’archipel du Frioul, archipel qui a toute sa place dans ce projet. Nous souhaitons relayer la publication du 1er numéro de la lettre d’information… Lire la suite...

23. Que d’émotions !

Ce chantier des 19, 20 et 21 octobre 2012, le vingt-troisième de la série, s’annonçait mal engagé. Le 15 octobre, Albert me fait part de ses craintes, la météo annonçant pluie et vent jusqu’à 65 km/heure. Et voilà le doute qui s’installe. Concernant les départs de navettes : partiront, partiront pas ? Concernant les 16 participants inscrits : viendront, viendront pas ?

Les prévisions étant pessimistes, tout le monde en fut averti. Réponses rapides, mais point d’abandons massifs : mardi, l’effectif est à 12. Deux désistements attribués à la météo, d’autres pour cause de maladies automnales et de cheville mise à mal pour un Grenoblois… Lire la suite...

Penchaud et son prénom

Si d’aventure quelqu’un connaît la réponse, nous prenons ! La question est : quand, comment et qui a fait croire et établir que le prénom de Penchaud était Michel-Raymond ?
Notre architecte a pour prénom Michel-Robert. Cela est attestée. Et pour faire valoir ce fait, nous avons contacté la Mairie de Lhommaizé (86), sa commune de naissance. Un accueil chaleureux et aimable ! Sylvie « Nanou » Diéta nous alors fait bénéficier de ses talents de généalogiste pour trouver l’acte de baptême, avec retranscription, et son acte de mariage à Marseille. Faite le savoir… Lire la suite...

24. Soleil, travail, silence et plus…

24e chantier et pas de pluie ! En revanche, la présence des gabians était bien manifeste. C’est par un concert de cris que ces volatiles de l’île ont accueilli les 16 participants du CPR des 16, 17 et 18 novembre 2012. Une arrivée nocturne en deux temps, le chemin menant à l’hôpital Caroline seulement éclairé par les lumières de la ville….et c’est toujours magique !

Dix habitués ont répondu présent : Frédérique, Elfi, Sarah, Emilie, Caroline, Matthew, Youri, Christian, Jérôme et Jean-Emile. Quatre nouveaux chantiéristes nous ont rejoint : Xavier le parisien, Georges le saint-Raphaëlois et, venant de Tanaron, Marie et… Lire la suite...

Bordille de bordilles !

Un bouchon de bouteille de vin, un mât de planche à voile, des éléments de mécanique, des sacs plastiques blancs, bleus et roses, du polystyrène, des morceaux de polystyrène , une grande vis, des morceaux de tuyaux, des lacets, une pomme en plastique verte, des bouts de tissus, un gant, un bout d’éponge, du papier, du papier d’emballage, deux briquets, une chaussette, des bouchons, des bris de verre, des bouteilles plastiques, des canettes, des canettes rouillées, des bouteilles en verre, des bricks de jus de fruit, deux pailles, de la ferraille rouillée, des gobelets, des paquets de cigarettes, un rasoir,… Lire la suite...

L’Hôpital Caroline, par le professeur Georges François

Association loi 1901 déclarée en 1996, l’Association des amis du patrimoine médical de Marseille (AAPMM) a pour objet : « réunir, conserver et exposer le patrimoine culturel, matériel, médical et pharmaceutique de Marseille ».

Elle est également à l’origine de la création du  Conservatoire du patrimoine médical, organise des conférences d’octobre à juin, réalise des expositions… Des activités étendues  qui rendent  compte de la richesse de l’Histoire de la santé à Marseille et de ses hôpitaux. Et dans cette Histoire, l’hôpital Caroline a toute sa place, comme le souligne le professeur Georges François dans cette article paru sur le site de… Lire la suite...

Caroline par Caroline

Caroline Pelletti, photographe (entre autre…) est aussi adhérente de l’AMRP et participante active (voire vitaminée) aux chantiers patrimoine et ruptures.  Outre sa valise, elle n’oublie jamais d’apporter son appareil photo. Et c’est tant mieux…

Je ne sais pas les raisons du noir et blanc. Edward Weston (1886 – 1958), photographe américain, a dit  « La couleur, le noir et le blanc : ce sont deux moyens différents, dont le but est différent ». Dans le cas de l’hôpital Caroline, le noir et blanc parvient à  rendre la magie qui se dégage de ce lieu, de sa particularité, qui selon le… Lire la suite...

CPR décembre : annulé !

Cela devait bien arriver un jour ! Le chantier patrimoine et ruptures prévu les vendredi  14′, samedi 15 et dimanche 16 décembre n’aura pas lieu. Une annulation concertée, transmise à temps aux participants mais inévitable : la fatigue, le froid et une logistique mal engagée..ont fait que !

Rendez-vous en janvier  ! D’ici là,bon bout d’an et à l’an que vin !

Le lieu où rien ne se dit

Fin de chantier, outils rangés, direction l’ancienne chapelle néo-classique de l’hôpital Caroline, juste dessous, notre Locus tacendi ou « le  lieu où rien ne se dit ». Albert annonce 10 minutes. Jérôme veillera au temps. La bougie illumine l’espace, une petite lumière comme un point de focalisation commun ou comme quelqu’un l’a dit « l’esprit du chantier ».

 

Peut-on imaginer alors que ce lieu fut conçu comme un sas sanitaire ? On y déposait des courriers, des objets et des médicaments. On n’y entrait d’un côté, on en sortait de l’autre. Aucun contact possible entre ceux qui s’occupait des malades et ceux qui effectuaient

Lire la suite...

« Je ne vois de différence entre les hommes que par l’éducation, l’ignorance les couvre de ridicule. »

Ce dimanche 16 décembre marque le 179e anniversaire de la mort de Michel-Robert Penchaud. Afin de contribuer à mieux faire connaître cet architecte, sa conception de son art, voici le discours d’entrée qu’il prononça en 1810 à l’Académie de Marseille. Cette institution marseillaise a été créée en 1726. Elle réunit des personnalités provenant des arts et lettres et des sciences de Marseille.

Michel-Robert Penchaud a alors 38 ans. Dans ce texte, il y expose ses idées sur l’architecture dont cet extrait « Si l’imitation n’a pas fourni aux architectes le type de leurs compositions, quelle a donc été la source de Lire la suite...

25.Chantier pluvieux, chantier heureux !

 Mistral glaçant, températures basses…et bien non : pas question de manquer à l’appel et de participer au premier chantier de l’année 2013 ! Et quelle année ! Capitale comme de nombreuses affiches l’indiquent dans les rues de Marseille…et capitale pour notre association. Ce chantier des 18, 19 et 20 janvier n’a pas réuni pléthore de participants, à l’inverse de l’assemblée générale qui elle, a atteint le quorum samedi après-midi.

La matinée a commencé avec un invité, qui a fini par se révéler éreintant, le vent. Bien que les températures aient pris quelques degrés, bonnets et gants furent de rigueur. Au… Lire la suite...

26. Quelle aventure ces CPR !!!

Le 26e CPR n’aura pas échappé à la règle : unique. Et pour cause : prévu les 22, 23 et 24 février, il a failli ne pas avoir lieu. Tout a commencé par un email d’Albert avertissant les participants habituels que le chantier serait compromis : absence de nos masterchefs (Chantal et Thierry) et fatigue de notre chef de chantier préféré.

Les réponses ont fusé, toutes positives et volontaristes, à commencer par Sarah plus motivée que jamais. Très vite, les idées de menus, de répartition de tâches ont suivi. Jérôme (que sera absent mais qui aura grandement contribué au courses) a suggéré… Lire la suite...

27. Nettoyage printanier

Premier chantier en tant que non marseillaise. De Grenoble à Marseille, le soleil était présent ce qui ma foi était une bonne façon d’inaugurer le printemps. Et pour l’occasion l’objet de ce  ce chantier des 22, 23 et 24 mars  aura  été un grand nettoyage de saison.  

Vendredi soir, le groupe était (presque) au complet. Un groupe féminin : Sarah, Fred, Brigitte, Catarina, Barbara et Arminé. Comme pour le mois précèdent, l’organisation et la répartition des tâches a été gérée (presque) sans Albert. Ce dernier était bien là mais pas tout à fait.  Aux cuisines,  toutes les filles s’y sont… Lire la suite...

28. Never ending

Jamais 2 sans 3 dit-on, et c’est ce que l’on s’est dit en mars dernier. Le CPR d’avril sera vraiment printanier avec soleil, sans vent ni pluie. Que nenni, la météo a encore fait des siennes. Cela aurait pu nous miner, nous fâcher même avec ces caprices vernaux, nous décourager presque. Que nenni, encore une fois, le chantier a eu lieu et les participants, contents de l’avoir vécu.

Samedi, un mistral fort en forme, seuls les gabians s’en accommodant, effectuant de drôles de vols planés. Avec un temps pareil, on pourrait s’interroger sur les motivations des participants.

Lire la suite...

29. Un certain état d’esprit…

Une première : l’auteur des différents comptes-rendus des précédents CPR ne pouvait (hélas !) se rendre au 29e chantier organisé les 23, 24 et 25 mai ! Suivi à distance avec des photos et quelques infos envoyés par email, j’ai pu noter que le vent était de la partie, que la météo était frisquette, que les participants ont fait du nettoyage….mais j’ai vu des sourires, des mines réjouies ! et j’ai lu des mots relatant que les participants ont demandé et redemandé des temps de silence, « qu’un esprit a soufflé sur le chantier comme le mistral », que « tout s’est passé doucement, tranquillement , silencieusement » Lire la suite...

Jean Briand : un homme de bien

« Si le bénévolat, c’est l’art de la gratuité du cœur, du geste et du temps,
Jean Briand avait tellement de valeur qu’il n’avait pas de prix.
 » C’est en ces termes que Bernard Franchi le président de notre association évoque Jean Briand. Sa disparition, à 94 ans, survenue ce mois de juin, est une triste nouvelle. Fin connaisseur des îles du Frioul et du vieux Marseille, il a ainsi pu le démontrer dans l’émission Thalassa en 2007.
Enseignant durant plus de30 ans, il était également passionné de patrimoine et d’histoire. C’est lui  qui a permis de redécouvrir l’Hôpital Caroline. Il… Lire la suite...

30. Un chantier singulier

Le week-end des 28, 29 et 30 juin a marqué le début de la pause estivale pour l’association. Il clôt ainsi la saison 2012/2013.  Quel bilan ? Quelque peu mitigé… Léni, Amélie, Brigitte, Jérôme, Francesco, Matthew et moi, soit 7participants autour d’Albert pour un chantier consacré au grand rangement nécessaire de fin de saison.  Un programme simple, une météo venteuse et ensoleillée, on pourrait s’arrêter là…et pourtant, ce chantier n’aura pas dérogé à la règle : différent des précédents, voire singulier.

Cela commence vendredi en fin d’après-midi. A l’approche de l’hôpital, un groupe d’une centaine de personnes, une couverture sur le dos,… Lire la suite...

Septembre et octobre 2013 : CPR annulés

Pour des raisons techniques, nous n’avons pas été en mesure d’organiser le chantier Patrimoine et Ruptures prévu en septembre 2013 et en octobre. »La rentrée » est donc reportée au mois de novembre…et là, sûr et certain, on y sera !

31. C’est (re) parti !

Première pensée ce vendredi soir : ça fait longtemps ! Il m’a semblé que cela faisait longtemps que je n’avais pas entendu les gabians, organisés comme une bande. Ils crient. Est-ce une façon de me souhaiter la bienvenue ? C’est mon côté naïf, cela me plaît de le croire…Quel bonheur de marcher, direction l’hôpital Caroline, sur un chemin éclairé par la lune et les lumières de la ville au loin. Le silence malgré les cris des gabians. Je pressens que ce sera un chantier particulier, sans doute parce qu’il intervient après deux annulations et beaucoup de questions autour de l’avenir de cette aventure.… Lire la suite...

Prendre son temps

Samedi 16 novembre après-midi, réunis pour évoquer le devenir des chantiers patrimoine et ruptures comme de leurs fonctionnements, Jérôme a lu la proposition de Manu. Manu a permis cette reprise et c’est tant mieux. Voici un extrait dans lequel nous nous sommes tous reconnus.

« Parce que le chemin le plus court n’est pas forcément le plus rapide, du moins sur le long terme, parce que le monde où l’on vit a tendance à privilégier l’efficience, l’efficacité et la vitesse… Il nous appartient d’apprendre ou de réapprendre à retrouver ce temps de l’agir pour soi en toute indépendance des outils, des Lire la suite...

32.Au tour des agaves

Frédérique, Manu, Albert, Jean-Lucien, Christian et moi, voilà l’équipe de ce dernier chantier de l’année, qui a lieu les 13, 14 et 15 décembre. Tout était réuni pour qu’il se passe sous les meilleurs augures : soleil et ciel bleu, peu de vent, menus préparés par Fred et Manu, travail en extérieur face à la mer… et un groupe heureux de se retrouver.

 

Samedi matin, la mer était rouge. Le ciel paré de dégradés rougeoyant donnait à voir un lever du soleil magique.

  Lever du jour, des gabians matinaux et des couleurs fabuleuses Lire la suite...

33.Des imprévus sans conséquence !

Et encore un CPR pas comme les autres ! Ce chantier des 17,18, et 19 janvier 2014, le 1er de l’année, n’a pas dérogé à la règle. Il fut inédit à bien des titres.

Tout commence à 2 jours de la clôture des inscriptions. Fréd m’informe qu’elle ne pourra pas assurer la cuisine. En revanche, elle établit les menus et fera les courses avec Manu. Pour la cuisine, je m’y colle ! Les menus sont simples (enfin, sur le papier !) et le nombre réduit à 5 participants…venus de loin ! Jean-Lucien, de Paris, Benoît de Lyon, Jean-Emile et moi-même… Lire la suite...

34. Essartage drolatique

Préalables au chantier des 14,15, et 16 février, des inscriptions variant en quelques jours et l’annonce d’un préavis de grève côté navette.

D’abord 6, puis 8, peut-être 11. Nous étions 7 vendredi soir, plus 4 samedi, moins 2 dimanche. On se perd en compte au moment de mettre le couvert mais au final on s’y retrouve. Fred a assuré en cuisine, et même si cela lui plaît, l’envie d’être en extérieure était là. Du côté de l’Eoube,  Albert, Jean-Lucien, Christian, Selim, Yvan et Manu (et la petite Elia en sage spectatrice) ont entamé un chantier amené à être reconduit… Lire la suite...

35. Trois chantiers en 1 !

Les 21, 22 et 23 mars s’est déroulé le 35e chantier patrimoine et ruptures. Un chantier réunissant de nouvelles têtes, avec une météo guère printanière.

En montant dans la navette, des questions au fur et mesure qu’elle s’éloignait du Vieux-Port. D’abord au sujet du prix du pain aux raisins que je venais d’acheter, 1 euro, ça m’a paru excessif. Ensuite, au loin, je vois un visage en noir et blanc sur le mur de la Corniche, visuellement impressionnant. Et puis, très vite, j’aperçois l’Hôpital Caroline, lieu du chantier et me pose des questions : est-ce que l’expérience plairait aux 4… Lire la suite...

36. Histoire de chèvres

A quelques jours du début de chantier du mois d’avril (les 25, 26 et 27), trois désistements, la présence d’enfants, des arrivées décalées…le sentiment que ce chantier serait particulier. Il le fut.

Je me suis levée samedi matin avec une idée en tête : demander à Marie –Ève la recette de sa pâte. La veille, arrivée avec Malo, Manu et Elia autour de 20h, en moins d’1 heure, elle a fait 2 tartes et  des montécaos. Impressionnant ! Mais autour de 9h00, j’ai oublié. Avant de prendre le chemin de l’Eoube, nous nous sommes retrouvés à 4 pour le… Lire la suite...

37. Grotesque

Le 37e et avant-dernier chantier de la saison s’est déroulé les 23, 24 et 25 mai. Météo pas tout à fait printanière, gabians toujours là, un peu plus de monde sur l’archipel du Frioul, 3 repas à préparer, de l’agave au programme, onze chantieristes à l’appel, dont une un peu fatiguée…

Ça devait bien arriver un jour : le pas envie. Je n’avais pas envie de participer à ce 37e chantier. A J-2, patraque, gorge prise, contrariétés et trajet finissent par saper le moral. Premier couac au Vieux-Port, j’ai oublié ma trousse de toilette, direction… Lire la suite...

Les relégués : une histoire terrible et méconnue

« A perpétuité », sorti en 2013*, est un ouvrage signé Jean-Lucien Sanchez, un habitué de nos chantiers patrimoine et ruptures. J’ai appris l’existence de son livre au détour d’une conversation et, jamais, Jean-Lucien n’a fait montre de velléité promotionnel ! Ce qui m’a décidée à le lire ? D’une part, il relate, à sa manière, l’histoire d’un enfermement : celui d’hommes et de femmes décrétés incorrigibles par une loi de la Troisième République, celui des bagnes de Guyane et d’une certaine manière celui des esprits de l’époque. C’est aussi une lecture motivée par l’intérêt que représente la notion même de « bagne ». A son évocation, Lire la suite...

38. Merci !

Nous y sommes : l’association fait une pause depuis ce 28 juin, jour de fin du dernier chantier de la saison.  Pas d’affluence au rendez-vous pour un programme simple et nécessaire : tout vider, tout ranger.

On avait prévu bilan et barbecue, il n’en fut (presque) rien. On a parlé, on a ri, on a rangé, on a mangé, on a passé un bon moment. Il n’aurait pas pu en être autrement avec la présence de Sarah et Matthew pas vus depuis longtemps et, surtout, avec les sourires de la petite Rae et du petit Malo. Il faisait beau sans que cela… Lire la suite...

39. Nouvelle saison, c’est parti !

Enfin ! Les chantiers patrimoine et de ruptures ont repris du service lors du week-end des 15 et 16 novembre. Une belle reprise comme vous pourrez en juger à la lecture du compte-rendu rédigé par Jean-Lucien.

Une nouvelle saison des Chantiers Patrimoine et de Ruptures s’est ouverte au mois de novembre. Mais cette édition était un peu particulière, car il y manquait un de ses « piliers » historiques, Bouchra. Son absence s’est faite ressentir auprès de tous et nous espérons la revoir très prochainement parmi nous. Reste sa « chambre », la « chambre de Bouchra » comme nous n’avons cessé de la désigner,… Lire la suite...

40.Un week-end venté

2015 s’ouvre sous les meilleurs auspices pour les Amis de Michel-Robert Penchaud. La luzerne arborescente fleurit de toutes ses dents et pullule aux alentours de Caroline ! Une marée jaune dans laquelle Annick, Yvan, Albert et Jean-Lucien se sont engouffrés vaillamment deux jours de suite, sous un soleil superbe.

L’organisation de ce week-end s’annonçait néanmoins difficile. La question de la nourriture s’est ainsi une nouvelle fois posée à nous. Tout d’abord la cuisine : celle-ci est désormais en travaux et est temporairement inutilisable. Ensuite, Manu nous avait bien proposé de recourir aux merveilleux plateaux repas qui avaient emporté nos papilles lors de… Lire la suite...

EVEE : kezako ?

Qu’ont de commun agaves, figuiers de barbarie, luzerne arborescente et griffes de sorcières ? Ce sont des espèces végétales exotiques envahissantes (EVEE), mais envahissantes hors de leurs milieux naturels !

Introduites le plus souvent par une action humaine, ces espèces représentent avec le temps une menace pour l’environnement. Dans le cas de l’archipel du Frioul, elles menacent les espèces végétales indigènes telles que la que l’Astragale de Marseille, le Lys des sables, le Plantain à feuilles en alène ou la Petite Saladelle. Ces dernières sont par ailleurs déclarées rares ou protégées, sachant que l’archipel compte près… Lire la suite...

41.Comme une première…

J’avais un peu l’impression d’une « première fois ». Le CPR de ce week-end de février avait à la manœuvre Jean-Lucien et Manu, avec en appui Albert. J’avais en tête d’adopter la posture d’une nouvelle participante.

Cela commençait bien, avec un aller en navette effectué en compagnie d’Annick dont le sourire et la sérénité invitent à la bonne humeur. Quelle respiration de se retrouver sur l’île ! Quel beau spectacle que la plage St Estève vide et sa mer turquoise. Même les cris des gabians avaient ma sympathie. Quel plaisir de retrouver Albert, Jean-Lucien, Marie-Ève et Manu ! Hormis la météo, pluie et… Lire la suite...

Le fugitif du Chteau dIf